Extérieur et Autonomie : Bilan du 1er mois

 Dans mon précédent article sur l'extérieur, Extérieur et Autonomie : première séance, je vous racontais le passé de Romagne en terme de travail en extérieur, ainsi que le résumé de notre première séance en extérieur, seules.

Cet article a pour but de partager avec vous ce premier mois dédié aux sorties en extérieur, individuelles ou à deux, avec quelques photos des paysages rencontrés. 

ALLEZ

ON VOUS EMMENE ! 

Calendrier des sorties pendant ce premier mois dédié à l'extérieur et à l'autonomie

17 Juillet 2016 - 2,08 km - Seules

19 Juillet 2016 - 2,95 km - Seules

21 Juillet 2016 - 2,53 km - Seules

22 Juillet 2016 - 3,36 km - Seules

23 Juillet 2016 - 4,14 km - Seules

24 Juillet 2016 - 7,24 km - Seules

26 Juillet 2016 - 6,02 km - Seules

3 Août 2016 - 7,54 km - Seules

6 Août 2016 - 3,24 km - Seules

8 Août 2016 - 8,05 km - Seules

10 Août 2016 - 7,02 km - Seules

16 Août 2016 - 10,31 km - Avec Miléna et Rumba

17 Août 2016- 13,18 km - Avec Miléna et Rumba

 

Au total : 77, 66 km en un mois dont 23,49 km avec un autre cheval, et 54,17 km seules.

 

Résumé de ce premier mois dédié à l'autonomie en extérieur.

Au début de ce premier mois,pendant la première semaine, nous avons travaillé sur la grégarité de Romagne, notamment en nous éloignant de manière progressive de l'écurie. Nous avons beaucoup utilisé le focus et le point to point (se rendre d'un point à un autre pour créer un but, une motivation*) pour aller de plus en plus loin. Je recherchais vraiment des progrès chaque jour, sur la distance d'éloignement ou sur son attitude. Concernant sa bonne volonté, elle n'a pas toujours été présente ^^.

J'ai donc été confronté à quelques situations qu'il a fallu gérer.

1/ Romagne fait demi-tour pour reprendre la direction des copains : les 1/2 tours étaient lents et sans violence, mais il m'a tout de même fallu trouver un moyen pour lui expliquer que cette solution n'était pas envisageable. La stratégie utilisée est la suivante : tu veux faire 1/2 tour ? Très bonne idée !!! Faisons même un 1/2 tour supplémentaire !!! En quoi cela règle le problème ? A/ On ne rentre pas dans la confrontation avec le cheval et il n'y a pas de rapport de force (ce qui pourrait mal tourner !). B/ On va dans la même idée que le cheval, tout en lui demandant un effort supplémentaire, ce qui au final rend son idée de base moins confortable. C/On se retrouve à nouveau dans la bonne direction ! Cette stratégie a permis qu'elle arrête de proposer de faire 1/2 tour... Mais elle s'est montrée plus inventive ! ^^

2/ Romagne prend la direction du retour, mais en reculant ! Ma stratégie utilisée ici est tout d'abord de faire une rêne d'arrêt d'urgence ( tout simplement parce que le terrain ne se prête pas toujours à la marche arrière ^^). J'utilise aussi le contrôle des postérieurs (un pas de hanche à droite ou à gauche) pour remettre du mouvement en avant. L'idée est aussi de rendre le reculer inconfortable, la mobilisation des hanches permet également de désamorcer ce mouvement. Si elle ne veut pas repartir vers l'avant, je contrôle les pieds avec précision: deux pas de hanches avec ma jambe droite, un pas de hanche avec ma jambe gauche, un pas d'épaule avec ma jambe gauche etc. , jusqu'à ce qu'elle trouve le mouvement en avant plus agréable. Lorsqu'elle repart en avant, je fais le silence avec mon corps pour rendre cela d'autant plus agréable pour elle et qu'elle comprenne que c'est la bonne solution ! 

3/ Romagne se bloque et reste arrêtée car elle n'a plus envie d'avancer. Une bonne lecture de son cheval s'impose : clignements des yeux, oreilles mobiles, respiration normale... Le cheval réfléchit à une solution pour se soustraire au mouvement en avant. Il finit par rester arrêter (concernant Romagne, elle a tendance à agir comme cela lorsque le terrain est difficile pour ses pieds) .Pour cela, je lui propose d'avancer, mais pas de manière frontale mais plutôt de manière latérale, toujours afin d'éviter de générer un conflit. J'utilise la psychologie inversée : je propose du contrôle des pieds, comme vu ci-dessus, très précis, très lent, et de manière latérale, pour que ma jument ait de nouveau envie d'avancer droit et de manière fluide. Lorsqu'elle avance, je fais de nouveau silence avec mon corps et je l'encourage avec ma voix. Pour encore plus de confort, je lui propose de marcher là où le sol lui est le plus confortable.

J'ai aussi été confrontée à une autre situation également, mais qui n'a cette fois rien à voir avec la bonne volonté.

4/ Romagne se bloque et reste arrêtée car elle est inquiète. Là aussi, une bonne lecture de son cheval s'impose : le cheval ne cligne pas des yeux, bloque sa respiration, tend ses membres et ses muscles, a les oreilles orientées vers l'avant, la queue n'est pas détendue (bon ok à cheval ce n'est pas facile à voir ^^), a l'encolure au dessus de la ligne du dos (mais ce n'est pas toujours vrai si l'objet de l'inquiétude est relativement bas par exemple), a la machoire crispée ou la bouche pincée... Selon le niveau d'inquiétude du cheval et mon état émotionnel : A/ je me focalise sur un point autre que l'objet d'inquiétude pour une approche indirecte et non frontale de "ce qui fait peur" . Je garde mon focus devant moi. Je laisse à mon cheval la possibilité de voir ce qui l'inquiète. Je suis prête à faire une rêne d'arrêt d'urgence. B/ Je descends pour remettre du calme, contrôler les pieds de mon cheval, le connecter et reprendre le leadership. L'idée est de rester maître de nos émotions pour aider au mieux notre cheval à gérer les siennes.

Pendant ce premier mois, nous avons évolué sur des sols différents : goudron, cailloux, sable, terre, pré ... dans des paysages différents : bordures de champs, prés, forêts, routes... et aux 3 allures. Nous avons croisé des gens, des chevaux, des chiens, des vaches, des voitures, des engins agricoles, des cyclistes... Nous avons exploré de nombreux chemins et fait un peu de hors piste avec passages d'embûches divers et variés (troncs, branches basses...). Nous avons également travaillé sur le contrôle des pieds (podestres avec les souches et les rochers que nous avons rencontré), les transitions à l'énergie et le focus. L'objectif pour le mois qui vient est plus de fluidité (moins d'arrêt / d'hésitations), explorations de nouveaux chemins et toujours plus de bonnes expériences en extérieur ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *